Le 11 octobre, le lanceur russe Soyouz devait transporter le cosmonaute russe Alexeï Ovtchinine et l’astronaute américain Nick Hague vers l’ISS, la station spatiale internationale. Depuis 2011, Soyouz est l’unique vaisseau habilité à transporter des hommes vers l’ISS. Un problème au lancement a conduit à l’echec de la mission, l’équipage étant rappatrié sain et sauf dans la capsule de sécurité et laissant l’ISS sans aucun moyen de ravitaillement humain.

Comment Soyouz s’est retrouvé l’unique lanceur pour rejoindre l’ISS

L’ISS n’est pas vraiment internationale, mais surtout américaine, russe, européene, japonaise et canadienne. Depuis le démarrage du programme, les ravitaillements humains sont partagés entre la Russie et les États-Unis, les seuls pays du programme disposant de vaisseaux capables d’emporter des humains dans l’espace. Pour les États-Unis, il s’agit de Navettes Spatiales: Columbia, Challenger, Discovery, Atlantis et Endeavour. Pour la Russie, il s’agit de la fusée Soyouz.

Soyouz est un lanceur un peu ancien mais extremement fiable: elle a volé pour la 1ère fois en 1966! Il y a tout de même eu des modifications mais on reste sur la même conception. Petit point sur la fiabilité: Aucune perte humaine avec Soyouz, plus de 1800 tirs réussi et 3 échecs, dont celui de 2018. Seulement 3 échecs en 52 ans.

De l’autre côté, la navette américaine a volé pour la 1ère fois en 1981. En 1986, Challenger se désintègre au lancement au dessus de l’atlantique avec à bord 7 membres d’équipage. En 2003, Columbia se désintègre au retour, lors de l’entrée dans l’atmosphère, avec à bord 7 membres d’équipage. Ces problèmes de fiabilité ont conduit la NASA à abandonner ses navettes qui ont volés pour la dernière fois en 2011. En tout, les navettes auront effectués 133 missions pour 2 échecs et 14 morts. La Nasa a délégué la conception de fusée a des sociétés commerciales privés qui, encore en 2018, ne sont pas habilitées à transporter des humains: SpaceX, BlueOrigin, United Launch Alliance.

Voilà comment ce bon vieux Soyouz se retrouve, encore en 2018, et depuis 9 ans, comme l’unique moyen de rejoindre l’ISS.

L’incident du 11 octobre 2018

Au décollage, tout va bien. À 2mn45s, le premier étage – les 4 boosters – se sépare. C’est à ce moment que le pilote, Alexeï Ovtchinine annonce à la radio « Problème de lanceurs, deux minutes 45 secondes ».

À ce moment, la mission est abandonnée et la capsule contenant est séparée de la fusée pour retourner sur terre. Ce n’est pas un retour très agréable car il n’est pas du tout optimisé: l’équipage va encaisser jusqu’à 6,7G. Fort heuresement, le cosmonaute et l’astronaute sont récupérés sain et sauf.

Un problème au décollage signifie pas de nouveau vol tant que la cause n’est pas identifiée et corrigée. L’autre problème, c’est que les 3 humains qui peuplent l’ISS doivent rentrer à la fin de l’année – la capsule Soyouz de retour ne peut rester qu’environ 200 jours dans l’espace. Potentiellement, l’ISS pourrait être abandonnée à la fin de l’année…

L’enquête de Roscosmos

L’agence spatiale russe a débuté les investigations dès le 11 octobre. Il n’y a pas de temps à perdre! Rapidement, l’enquête se focalise sur les boosters puisque les problèmes ont débuté à la séparation des boosters.

La vidéo de la séparation des boosters est même publiée sur Twitter et même un novice peut voir qu’il y a un problème. Les 4 boosters sont parfaitement équilibré autour de la fusée et lorsqu’ils se séparent, ils forment une croix, appelée croix de Korolev (l’ingénieur en chef de programme spatiaux de l’Union Soviétique). Là, très clairement, la croix n’y est pas.

L’agence spatiale russe révèle le problème à l’origine de l’incident du 11 octobre

« Un capteur qui surveille la séparation des boosters était mal monté, de 6 degrés ». Le communiqué de presse précise que cette pièce est montée lors de l’assemblage finale sur le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan.

6 degrés, c’est pas grand chose. Mais ça a suffit à perturber la séparation du booster qui a ensuite hurté violemment le réservoir principal, ce qui a dévié fortement la fusée de sa trajectoire.

Voilà à quoi tient la conquête spatiale, à peu de chose. Finalement, tout rentre dans l’ordre et le prochain lancement de Soyouz le 16 Novembre (un vol non habité, de ravitaillement) devrait se dérouler sans encombre.

Photo par Bill Ingalls/NASA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *